Étiquette : Le Mans

L’amorti à la marche et course à pied : attention aux amalgames

La notion d’amorti est devenue monnaie courante de nos jours, et particulièrement en course à pied. Les marques développent des systèmes de plus en plus sophistiqués et tous les ans, des « révolutions » sont annoncées dans ce domaine.

Cependant, il est important de comprendre la subtilité existant entre amorti et absorption de choc… Notions souvent mal interprétées et utilisées lorsque nous entendons parler de chaussures « amortissantes ». En savoir plus

Syndrome de l’essuie-glace

Le Syndrome de l’essuie-glace, qu’est-ce que c’est ?

Egalement appelée syndrome de la bandelette ilio-tibiale, cette pathologie typique du sportif est le résultat d’un conflit, d’une friction entre le condyle fémoral externe du genou et la bandelette ilio-tibiale. Cette douleur, parfois très invalidante, survient dans un premier temps régulièrement pendant la pratique sportive (20 à 30minutes par exemple), puis de plus en plus rapidement. En terrain vallonnée, la douleur peut également apparaitre plus rapidement.

On retrouve cette pathologie principalement en course à pied (running, trail…), cyclisme, randonnée…

Quelques notions d’anatomie et physiologie

La bandelette ilio-tibiale est une grande lame tendineuse qui nait de la réunion des muscles grands fessiers et tenseurs du fascia lata, sur la face externe de la hanche. Elle se termine sur la face supéro-latérale du tibia, comme le montre ce schéma :

Genou essuie glace
Anatomie bandelette ilio-tibiale – syndrome de l’essuie glace Source : http://tgvv.over-blog.com/article-20381691.html

Dans la pratique sportive, et particulièrement en running et cyclisme, c’est la répétition des mouvements de flexion/extension qui va provoquer un frottement de cette bandelette sur le condyle latéral, entrainant des microlésions des fibres collagènes de la bandelette ilio-tibiale, voire parfois une bursite entre celle-ci et le condyle.

Quels sont les signes cliniques du syndrome de l’essuie-glace ?

Lors de l’examen en cabinet, le sportif ne ressentira, le plus souvent, aucune douleur à la palpation. C’est pourquoi l’interrogatoire du patient est primordial afin d’établir le diagnostic, les explications sur la douleur ressentie permettant d’éliminer d’autres pathologies.  Il m’arrive également de demander au patient de courir juste avant de venir en consultation, afin de confirmer le diagnostic.

Quelques tests peuvent également réveiller la douleur :

  • Le test de Renne : la douleur apparait spontanément en demandant au patient de se tenir sur la jambe douloureuse, en pliant son genou à 30-40°
  • Le test de Noble : patient allongé sur le dos, le podologue fléchit le genou du patient à 30° et va appuyer sur la face externe du condyle latéral.

Pourquoi consulter un podologue du sport?

La consultation chez un podologue du sport est une aide importante à la prise en charge thérapeutique. En plus de l’examen clinique, il cherchera la cause de la douleur par ces examens :

  • examen de la chaussure : vérifier si elles sont bien adaptées à la pratique sportive, si l’usure est plus marquée d’un côté…
  • analyse statique : sur plateforme podométrique, afin de quantifier les appuis et rechercher d’éventuels troubles comme un genu varum, une inégalité de longueur, des rétractions musculaires…
  • analyse dynamique : sur tapis de course ou sur home trainer, afin de mettre le sportif dans ses conditions habituelles de pratique sportive. Dans le cadre de la course à pied, elle permettra d’analyser les différentes phases du pas (amortissment – phase d’appui – propulsion) du patient et, si besoin, conseiller le sportif sur comment améliorer son geste technique, très souvent négligé !

Le syndrome de l’essuie-glace, quels traitements ?

  • Le repos sportif, en premier lieu
  • la physiothérapie, manœuvres d’étirements spécifiques
  • les semelles orthopédiques : réalisées par le podologue du sport qui prendra en compte les troubles statiques et dynamiques afin de répondre au mieux à la cause de la douleur
  • conseils sur le geste technique (raccourcir la foulée, augmenter sa fréquence…). Ce dernier point est souvent négligé.
  • La reprise de l’entrainement se fera progressivement, en alternant les vitesses de course, les surfaces d’entrainement et en évitant les sorties longues dans un premier temps.

Si vous avez des questions sur cette pathologie, n’hésitez pas à me contacter via le formulaire de contact!

 

 

Le syndrome de Morton

Le syndrome de Morton, qu’est-ce que c’est?

_

Il s’agit de la compression d’un nerf plantaire qui passe entre deux métatarsiens, le plus souvent dans le 3ème et 2ème espace, entrainant une douleur intense, irradiante. On parle de syndrome canalaire : chaque nerf plantaire est situé dans un « canal » composé au-dessus, du ligament transverse inter-métatarsien et en dessous, du ligament transverse superficiel.

Ainsi, deux principales causes peuvent provoquer cette douleur :

En savoir plus

Les blessures du cycliste

_

Ce week-end du 22-23 août auront lieu les 24 heures du Mans Vélo, sur le circuit Bugatti! Pour la 2ème année consécutive, je serai présent avec 5 autres membres de l’association AIR Pod pour prodiguer des soins (massages, poses de bandes de taping…) et analyses « flash » (fitting) sur les vélos. L’occasion est donc parfaite pour faire le point sur les différentes blessures du cycliste, avec cet article du docteur Gérard Porte, ancien médecin chef du Tour de France et de la Fédération Française de Cyclisme, dont voici quelques extraits : En savoir plus

Maladie d’Osgood-Schlatter chez l’enfant sportif

Osgood Schlatter, qu’est-ce que c’est ?

Egalement appelée ostéochondrite du genou, la « maladie » d’Osgood-Schlatter est une pathologie de croissance localisée sur la tubérosité tibiale antérieure (TTA). Cette douleur de genou est assez commune chez le grand enfant et l’adolescent sportif (entre 10 et 15 ans en général).
Cette « maladie » comme on l’appelle, est due à des microtraumatismes répétés en traction, s’exerçant par l’intermédiaire du ligament patellaire sur la TTA, relativement fragile pendant la période de croissance. En savoir plus

Diagnostic des pédicures-podologues

Le DIAGNOSTIC des Pédicures-Podologues reconnu

_

Le 27 mars dernier, à l’Assemblée Nationale, a été discuté l’amendement N°2208 concernant l’évolution du métier de Pédicure-Podologue, et notamment notre capacité de diagnostic. Et cette dernière a enfin été reconnue sur l’ensemble de l’appareil locomoteur, ainsi que notre rôle en matière de prévention !

En effet, en plus de certains points qui ont été retoqués, cet alinéa a été rajouté:

« Les pédicures-podologues analysent et évaluent les troubles morphostatiques et dynamiques du pied et élaborent un diagnostic de pédicurie-podologie en tenant compte de la statique et de la dynamique du pied ainsi que de leurs interactions avec l’appareil locomoteur. »

http://www.assemblee-nationale.fr/14/amendements/2673/AN/2208.asp

Un diagnostic depuis longtemps pratiquée

Sans fondamentalement changer notre manière de travailler car nous examinons depuis longtemps l’ensemble du corps humain afin de trouver l’origine des douleurs de nos patients, cette reconnaissance de capacité de diagnostic aux yeux de la Loi est une évolution notable qui réjouit l’ensemble de la profession et qui, à titre personnel, m’encourage à me former toujours plus.

La Réflexologie Plantaire

Depuis avril 2019, je suis désormais diplômé en réflexologie plantaire, après avoir suivi plusieurs mois de formations …

Diabète et sport : les bienfaits du « walking-football » !

Diabète et sport Un projet financé par la FIFA et promu par la Fédération Portugaise de Football a permis à 32 diabétiques, …

24 heures du Mans 2018 – Analyse posturale du cycliste

En ce week-end du 24 et 25 août 2017, j’étais présent avec l’association AIR POD était présente pour la 5ème …